Végane

Je suis devenu végane à la fin du printemps 2015.

Végane, c'est quoi ?

Être végane signifie adopter un mode de vie excluant au maximum l'utilisation des produits d'origine animale.

Nous ne mangeons pas d'animaux (viande, poisson), pas de produits d'origine animale (oeuf, lait, miel), nous ne portons pas d'habits utilisant des produits animaux (laine, cuir), nous n'utilisons pas de produits cosmétiques ayant été testés sur des animaux ou utilisant des produits animaux, nous ne voulons pas utiliser de médicaments ayant été testés sur des animaux.

Il existe diverses raisons d'être végane. Pour moi, c'est logique dès qu'on cesse de se considérer arbitrairement supérieurs aux autre animaux. Pour d'autres, c'est logique dès qu'on reconnait qu'il n'est pas normal d'infliger de la souffrance aux être vivants qui la ressentent (car on ne peut pas élever des animaux sans que la souffrance soit présente, on le prétend pour se donner bonne conscience).

(ce petit strip est extrait de l'excellent insolente veggie)

C'est pas extrêmiste ?

C'est très différent du mode de vie "standard" suivi par la majorité. Mais nous récusons le terme "extrêmiste", car il est péjoratif, et permet d'emblée de rejeter la possibilité de le devenir vous aussi.

Lorsqu'on s'intéresse à la vie des animaux utilisés pour fournir les produits utilisés dans le mode de vie standard, c'est ça que nous trouvons "extrême" : enfermement, insémination, souffrance (même en Suisse), mort avant le terme de leur vie. Nous faisons le parallèle avec l'esclavagisme, le racisme, le sexisme, qui étaient la norme il n'y a pas si longtemps. On tuait, on exploitait, on violait d'autres êtres humains parce que différents, "inférieurs". Aujourd'hui on fait la même chose avec les animaux parce que différents, "inférieurs" en intelligence et en puissance, alors qu'ils sont doués d'émotions et d'intérêts propres. Aucun animal sauvage ne désire spontanément nourrir les êtres humains. Après les humains à autre couleur de peau ou autre sexe, c'est logique d'étendre notre respect et notre bienveillance à nos frères animaux.

Mais, manger des animaux est nécessaire !

L'évidence scientifique et médicale aujourd'hui c'est qu'il n'est pas nécessaire pour être en bonne santé de manger des produits animaux, et ceci à tout âge, que ce soit pour les protéines, le calcium, le fer, etc. Il y a beaucoup de détails et de références sur Vegan Health. On pense même qu'on peut diminuer le risque de cancer, de diabète, de maladies cardio-vasculaires en ne mangeant plus de produits animaux. Mais il faut se renseigner et faire attention à l'apport en vitamine B12 (c'est amusant de constater que les omnivores aussi obtiennent leur vitamine B12 par compléments alimentaires, et qu'en dernière analyse, ce sont les omnivores qui se complémentent le plus).

Mais, des animaux mangent d'autres animaux !

Les carnivores le font pour survivre. Nous, les êtres humains, n'avons pas besoin de le faire pour survivre. En outre, nous ne voudrions pas suivre le mode de vie et la "morale" des animaux : par exemple, les lions sauvages tuent des lionceaux pour pouvoir s'accoupler ; on pourrait aussi évoquer le fait que les dauphins commettent des viols collectifs. On ne veut pas se comporter comme des animaux sauvages, on veut se comporter correctement avec les autres, c'est à dire ne pas interférer avec leur vie contre leur volonté.

Mais, on peut dominer les animaux, alors pourquoi s'en priver ?

C'est une question morale. On pourrait dominer plein d'êtres et plein de choses, mais on ne désire pas le faire la plupart du temps, parce que notre empathie nous commande de ne pas infliger de souffrance inutile aux autres. C'est intéressant en particulier de se rendre compte que la plupart de nos attitudes de domination ou d'oppression sont invisibles ou inconscientes. Chaque année environ 60 milliards d'animaux terrestres et 1000 milliards d'animaux marins sont tués pour notre consommation. Ils sont considérés comme des objets, alors qu'ils ont des intérêts propres, ils ressentent de la souffrance. On estime que chaque personne qui ne mange pas de produits animaux, sauve ainsi la vie d'environ 15 animaux par an (voire 100, selon le film "Cowspiracy").

Végétarien c'est suffisant : le fromage et les oeufs, c'est pas tuer des animaux !

Dans l'industrie laitière et des oeufs, les animaux sont enfermés, inséminés, tués dès que leur productivité baisse (à une fraction de leur espérance de vie), et on tue les veaux et les poussins mâles dès la naissance car ils sont inutiles : c'est immoral. Il y a beaucoup de souffrance dans ces industries, peut-être même plus que dans l'industrie de la viande, sans compter l'extrême détresse de l'animal à l'abattoir.

Mais, je consomme bio/local, les animaux sont bien traités !

Ils sont un peu mieux traités que dans le non-bio. Mais ils sont encore enfermés, exploités, tués, et la grande majorité ne sont pas libres d'avoir les activités propres à leur espèce. C'est immoral, et cela produit énormément de souffrances. Les animaux sont comme nous : ils désirent vivre leur vie en paix et en liberté.

Mais, des poules en liberté dans mon jardin, je vois pas le mal !

La consommation d’œufs perpétue l’idée qu’il est moralement acceptable d’utiliser les animaux, et d’exploiter les systèmes reproducteurs féminins. Cela normalise la pratique de contrôle et de marchandisation de l’organisme et des processus de reproduction féminin, et il légitime la pratique de l’élevage des animaux sensibles en tant que propriétés, pour exploiter leur chair et leur sécrétions pour lesquels nous n’avons pourtant pas de besoin biologique. Plus de détails.

Mais, le fromage, les oeufs, la viande, c'est trop bon !

Moi aussi j'adorais le goût de ces produits :/ Mais ça veut dire qu'on privilégie notre plaisir gustatif, par rapport à la souffrance des animaux, qui sont des êtres sensibles comme nous. Si des extra-terrestres supérieurs à nous en intelligence et puissance nous rendaient visite, je trouve que ce ne serait pas normal ni juste qu'ils me mangent s'ils aiment bien mon goût. De plus, en se nourrissant autrement, on (re)découvre d'autres produits, qui sont aussi très bons.

Attention, ça n'a été ni évident ni rapide pour moi de changer ! J'adore/j'adorais le goût de la viande, du poisson, des oeufs, du fromage, et ces produits occupent une vraie partie de l'histoire de ma vie. C'est un effort important de cesser d'en manger. Au début, j'ai donc cherché tout un tas de raisons pour continuer à en manger. Mais en revenant à la considération envers les animaux, je constate qu'ils sont exploités et opprimés pour que je puisse satisfaire ce plaisir gustatif, ce qui est profondément injuste. Je vois un vrai parallèle avec l'esclavagisme : aujourd'hui cela me paraît dément d'avoir réduit en esclavage d'autres êtres humains, pour les utiliser comme des objets.

En général, on a l'impression que c'est « difficile » de changer ou que les produits animaux sont « trop bons » pour s'en passer, parce qu'on continue à considérer les animaux comme des ressources et non comme des individus. Il est alors utile de se concentrer sur les animaux et sur ce qu'ils sont vraiment plutôt que sur nous-même pour se rendre compte qu'ils sont des individus.

Mais, mais, mais... !

Dans mon expérience, la quasi-totalité des gens ne veulent pas avoir cette discussion de manière apaisée, objective, franche. Ils trouvent sans fin de nouvelles raisons, de plus en plus farfelues. Nous sommes accusés de toutes sortes de choses, alors qu'en fin de compte nous ne prônons qu'une plus grande bienveillance et moins de violence. Je crois que c'est parce que changer, c'est difficile ; renoncer à nos traditions, nos vérités, nos habitudes, c'est désagréable.

Mais on peut arrêter de faire souffrir inutilement des milliards d'animaux sensibles. Et c'est même plutôt facile, une fois la décision prise.

Et pour toutes les "bonnes" raisons qui restent, il y a l'excellent Vegan Sidekick.

Enfin, pour le plaisir, un bon strip d'insolente veggie sur "faut-il dire pourquoi on est végétarien ?".


Recettes véganes :

Toutes les recettes sont visibles sur la page des recettes : crêpes, mousse au chocolat, biscuits, chili, brownie, etc...


Excellentes ressources sur l'alimentation :
Liens les plus intéressants au sujet du véganisme :
Au sein de la communauté végane, c'est la ligne de l'approche abolitionniste qui me convainc le plus, je suis plus critique sur le "neo-welfarisme" (viser l'abolitionnisme en passant par des réformes de bien être dans un premier temps et en effectuant des campagnes ciblées, par exempe contre la fourrure ou le foie gras) ; liens pertinents :

Parce que c'est intéressant pour le débat, voici un des meilleurs essais défendant le neo-welfarisme : Abolitionnisme versus réformisme ; et voici aussi la réponse de Francione expliquant son désaccord.


Autres liens intéressants :